Junya Ishigami architecte, Tokyo
petit? grand? l'espace infini de l'architecture

une coproduction arc en rêve centre d'architecture + deSingel, campus des arts international, Anvers + Flemish Architecture Institute
avec le soutien de Shiseido


18:30
conférence
Junya Ishigami

20:00
inauguration


exposition
du mercredi 11 décembre 2013 au dimanche 3 août 2014
grande galerie

visites commentées tous public sur inscription : +33 5 56 52 78 36 -
tous les 1er et 3e mercredi du mois - 18:30
  catalogue réédité à l’occasion de l’exposition
à arc en rêve !


Junya Ishigami
How small? How vast? How architecture grows

english / japonais
44 pages - 25,6 x 36,4 cm
Hatje Cantz Verlag éditeur
38 €


arc en rêve centre d’architecture présente du 11 décembre 2013 au 3 août 2014, une exposition consacrée à l’architecte japonais Junya Ishigami, réalisée en co-production avec le Campus des Arts International deSingel.

Pour Junya Ishigami, l’architecture est un univers aux possibilités infinies, tout à la fois un accumulateur de savoirs et un champ d’expérimentations prospectives. Sa démarche qui allie science et poésie, est fondatrice d’un processus de création onirique qui transmute le rêve en réalité. Il s’inspire essentiellement de la nature, conceptualise méthodiquement ses projets et cherche toujours à en repousser les limites. D’une simplicité apparente, ses travaux sont riches de complexité. Ils contiennent et ouvrent à la complexité des mondes où nous vivons. Ils bousculent les frontières entre design, architecture, urbanisme, paysage, et géographie.

Cette recherche obstinée de la transparence et de la légèreté dépasse l’esthétique minimaliste. Elle est fondée sur l’exigence de débarrasser l’architecture des apparences et du futile pour atteindre, la parfaite harmonie. L’architecture doit s’effacer pour créer un environnement total qui célèbre la nature. L’exposition présente 56 projets avec maquettes expérimentales, petites, grandes, en métal, en bois ou en carton, blanches ou colorées. Densités, transports, paysages, structures, échelles, urbain/rural sont autant de thématiques explorées par Ishigami.

Ces maquettes constituent un corpus qui pose en filigrane la question : en quoi, comment l’architecture peut-elle ré-enchanter le monde ? Cette vision de la relation de l’Être à son environnement, cette invitation à concevoir autrement les façons d’habiter, sont merveilleusement offertes aux visiteurs de l’exposition. Cette présence-absence de l’architecture cultive l’ambiguïté des limites entre plein et vide, architecture et nature, artificiel et organique, et génère des espaces inouïs. Junya Ishigami a, en quelques années, ouvert la voie au dépassement possible de la technique, pour construire un univers poétique, et des formes habitables, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.
  From 11 December 2013 to 3 August 2014 arc en rêve centre d’architecture presents an exhibition devoted to Japanese architect Junya Ishigami, jointly produced with the deSingel International Arts Campus.

For Junya Ishigami, architecture is a world of infinite possibilities: both a repository of knowledge and a laboratory for prospective experimentation. His approach, which combines scientific and poetic elements, forms the basis for a dreamlike creative process that transforms dreams into reality. He mainly draws inspiration from nature, methodically conceptualising his projects and always seeking to push back their limits. Though apparently simple, his work is both rich and complex. It both contains and embraces the complexity of the worlds we live in, blurring the frontiers between design, architecture, urbanism, landscape and geography.

His tireless quest for transparency and lightness goes beyond the minimalist aesthetic. It is rooted in a determination to rid architecture of appearances and futility in order to achieve perfect harmony: architecture must step aside to create a total environment celebrating nature. The exhibition presents 56 projects via experimental models, some large, some small, made of white or coloured metal, wood or cardboard. Ishigami’s work explores issues such as density, transport, landscapes, structures, scale, and the urban/rural dichotomy.

These models make up a body of work that asks the underlying question: how can architecture re-enchant the world? Ishigami’s acute awareness of the way humans relate to their environment and the way he calls on us to design alternative ways of living are wonderfully reflected in this show. This “presence and absence” of architecture cultivates a form of ambiguity at the boundaries between occupied and empty space, architecture and nature, the artificial and the organic, resulting in extraordinary spaces. In just a few years Junya Ishigami has opened the way for an approach that is able to go beyond technical processes and build a poetic world and inhabitable forms– from the infinitely small to the infinitely large.